Voilà, il faut parfois du temps pour lire un ouvrage qui a été primé moultement (Prix du public et Prix du scénario à Angoulême 2006, Grand prix de la critique 2006 et Prix France Info 2006, pas mal non...)

Vous avez reconnu ?

C'est Les Mauvaises Gens de Etienne DAVODEAU, chez Delcourt.

bad1bad2

Sous titré, une histoire de militants.

J'étais un peu septique, mais j'avais tort. C'est un magnifique hommage que Etienne DAVODEAU rend à tout un peuple de petites gens, presque des gens de peu pour paraphraser l'anthropologue Pierre Sansot.

Il décrit de manière tendre mais bien documenté le parcours de ses parents, élevés dans la région des Mauges, située au sud ouest du département du Maine et Loire. Une région "reculée", très fortement ancrée dans une religion catholique omniprésente et dans un respect de l'autorité des patrons, chefs d'entreprises. Et à travers la vie de ses parents, DAVODEAU nous invite à suivre le parcours incroyable de ces enfants de paysans, d'ouvriers, qui vont connaître l'émancipation de l'église, la développement du syndicalisme et l'arrivée au pouvoir des forces de gauche. C'est une belle histoire.

DAVODEAU nous démontre également que la bande dessinée est un média superbe, permettant de traiter de multiples sujets, et d'aborder de manière très convaincante notre histoire moderne, de témoigner des évolutions sociales de notre société. Il mêle habilement des pages contemporaines résultant des échanges avec ses parents, leurs étonnements à la découverte des planches qu'il dessine, et des retours dans le passé, reconstituant pour eux des images d'une époque disparue.

Très agréable à lire, instructif sur la situation de la France d'après guerre, émouvant dans le rapport parents - enfant, parfois drôle. Une belle découverte...

Bonne lecture

Pierre